l’Histoire du logo dream works

Confortablement installé dans un fauteuil moelleux, vous attendez impatiemment un film. À l’heure tapante, voilà qu’une séquence d’images qui vous est familière apparaît sur l’écran. Ce n’est autre que le logo des studios de cinéma. On ne sait pas pourquoi les logos des producteurs de cinéma fascinent plus d’un. Derrière tous ces logos se cache une anecdote, ce qui les rend encore plus précieux à nos yeux.

 

Dreamwork : l’origine de son logo

 

Dreamwork a été fondé en 1994, ce studio de cinéma est constitué par les grosses pointures du septième art comme Steven Spielberg, David Geffen et Jeffrey Katzenberg. L’enseigne a créé des films d’animation qui ont marqué l’histoire du grand écran. L’on peut citer Fourmiz, l’une de ses premières réalisations, Shrek, Kung Fu Panda, Madagascar et récemment Les Trolls.

À chaque diffusion de ces films d’animation, vous avez sûrement remarqué le logo du producteur. Cet enfant assis sur la lune est une idée de Spielberg. Au début, il voulait que ses designers conçoivent numériquement le croquis d’un homme assis sur la lune. Mais il finit par abandonner cette idée de base et propose que l’on réalise à la place une peinture faite à la main.

Spielberg a fait appel à Robert Hunt pour la création du logo. Ce peintre lui propose de choisir un enfant pour l’effigie de la brève présentation du studio. Le petit garçon que l’on voit au début de tous les films d’animation de Dreamworks n’est autre que l’enfant de l’artiste, il s’appelle William.

 

L’évolution du logo de Dreamwork

 

Le logo animé a été conçu en 1995, cette version a fait son apparition dans le film intitulé « Le Pacificateur » en 1997. À l’origine, l’animation débute sur un reflet de la Lune dans l’eau, puis l’on aperçoit un flotteur. La caméra fait un mouvement panoramique de bas en haut pour rejoindre les nuages et c’est à ce moment-là que les lettres apparaissent.

De nos jours, le premier plan montre une lune, un garçon avec une canne à pêche apparaît. Le logo se termine toujours par les lettres Dreamworks.

 

Le logo du cinéma, un moment hyper excitant

 

Le logo du cinéma, c’est toujours le même refrain, mais cela crée une sensation bizarre. Son apparition à l’écran ne dure que quelques secondes, mais rien qu’à les voir, on se sent tout excité. À l’instar des cinéphiles, vous vous accrochez devant la télévison, comme si vous attendez à quelque chose d’exceptionnelle. Pendant quelques instants, vous vous laissez submerger dans une autre dimension. Le cœur commence à battre à la chamade et l’on ressent un moment de bien-être. (Ce n’est pas de l’exagération !)

 

Le château de la belle au bois dormant du logo de Walt Disney a sûrement retenu votre attention. Il incarne le monde féerique des dessins-animés. Mais ce n’est pas le seul qui fait l’effet d’une bombe dans la pensée collective. Chez Metro-Goldwyn-Mayer, le rugissement du lion raffole les spectateurs. C’est aussi le cas de l’incroyable femme à la torche de Columbia ou de la montagne enneigée de Paramount. Dreamweaver non plus n’a pas échappé à l’effervescence des cinéphiles.

30.1.2017
 

Ajouter un commentaires