True Story : Les films tirés des histoires vraies

La mention « inspiré d’une histoire vraie », affichée souvent dans le générique d’un film, captive l’attention du public. En voyant ce message, les gens ont tendance à penser que l’histoire narrée dans le film sort vraiment de la réalité ; ce qui suscite également leur curiosité. Pour en avoir le cœur net, une étude poussée a été effectuée par « Information is Beautiful » afin d’évaluer la véracité de cette idée. Cette analyse s’est portée principalement sur des longs-métrages nommés dernièrement aux Oscars.

Déroulement de cette analyse

 

Pour ne rien négliger, chaque séquence des films concernés par cette sorte d’étude approfondie a été comparée avec ce qui s’est vraiment passé dans la réalité. Les scénarios basés sur des faits réels sont épluchés de fond en comble. L’évaluation de chaque scène est notée suivant la véracité de l’histoire. Le total de ces notes a ainsi donné le pourcentage sur la véracité de l’histoire racontée dans les scénarios qui se sont succédé.

 

Un aperçu du résultat

 

Ce sont les longs-métrages sortis à partir de 2010, considérés comme étant des films inspirés d’histoire vraie, qui ont fait l’objet de cette analyse. Bien que la comparaison soit basée sur des critères bien définis, il faut savoir que la source qui contient la vraie histoire varie, ainsi les calculs peuvent s’effectuer de diverses manières. Dans tous les cas, entre la réalité et le travail esthétique et narratif du cinéma, une certaine marge est toujours à observer.




 

Le film qui a le maximum de pourcentage, et qui a été considéré comme étant une véritable réplique d’une histoire vraie est Selma. Ce titre d’Ava DuVernay, sorti en 2015, a obtenu les 100 %, c’est-à-dire qu’il est donc entièrement basé sur une histoire vraie.
Vient ensuite un film sorti en 2016, il s’agit de The Big Short. Justement à propos de ce dernier, 91.4 % des scénarios constituant ce long-métrage est tiré d’une histoire vraie.
Les titres suivants ont obtenu plus de 80 % de similitude. Ce sont Le Pont des espions ou Bridge of Spies avec 89.9 %, 12 Years a Slave avec 88.1 %, Rush avec 81.9 %, Spotlight avec 81.6 % et Captain Philip avec 81.4 %.
Ces titres sont suivis de près par les 76.1 % de The Social Network, et les 74.6 % de Le Loup de Wall Street et les 73.4 % de Le Discours d’un roi.

Ainsi, dans la cinématographie, des fictions sont souvent rajoutées à la vraie histoire pour la rendre plus intéressante, plus magique, et surtout pour avoir une fin heureuse.

3.2.2017
 

Ajouter un commentaires